Un entraînement à la conscience morphologique permet-il de favoriser le développement du langage écrit ?

Leaves Books Color by josealbafotos

Il serait très tentant de répondre “oui” de but en blanc à cette question ; malheureusement, la réalité est un peu plus complexe que cela. “Globalement, oui”, ou “probablement, oui”, complété de “sous certaines conditions”, serait selon moi une réponse plus juste.

Bien entendu, je ne conteste pas l’expérience clinique des orthophonistes qui auront pu observer sur leurs patients, à maintes reprises, que la conscience morphologique les aidait à améliorer leur appréhension du langage écrit. Ce que l’on constate simplement dans la littérature, c’est que les résultats sur des grands groupes sont souvent mitigés, ou en tout cas, en-deçà de ce qu’on l’on espère. Cela vient peut-être du fait que les chercheurs ont tendance à vouloir “optimiser” les temps d’entraînement (beaucoup de séances en un temps limité), ce qui ne correspond pas à la réalité d’acquisition de cette compétence.

Quoi qu’il en soit, vous trouverez ici un tableau, modifié et enrichi du tableau 1 de la méta-analyse de Goodwin & Ahn (2010), qui résume les données d’une quinzaine d’études (aucune francophone, malheureusement) ayant exploré l’impact d’un entraînement morphologique sur différents domaines du langage écrit. L’étude ayant été publiée en 2010, je précise que toutes ces études ont au moins 10 ans, mais je compte mettre à jour ce tableau à l’avenir afin d’y intégrer des études plus récentes et francophones (car il y en a !). En attendant, bonne lecture à vous !

Ce tableau peut être amené à changer. Vérifiez la version en votre possession. Dernière mise à jour: 14/11/20


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.